La confiance en soi – Partie 1

La confiance en soi – Partie 1

La confiance en soi – Partie 1

Vous m’auriez connu il y a quelques années, j’étais loin d’être aussi confiante et affirmée qu’aujourd’hui. Et en même temps, ma confiance se développe chaque jour qui passe pour autant que je prenne les actions nécessaires.

Alors la confiance en soi, comment peut-on la définir ?

J’adore la façon dont John Elliott la définit :

La confiance en soi est un état d’esprit résolu où vous êtes convaincu que rien n’est impossible.

La confiance en soi c’est penser que vous pouvez compter sur vous-même, que vous pouvez vous débrouiller dans la vie, que vous pourrez faire face à la plupart des situations sans perdre vos moyens et que si vous ne savez pas encore, vous pouvez apprendre.

Cela renvoie donc, si vous lisez entre les lignes, à une capacité d’adaptation individuelle et au fait que vous êtes toujours en capacité d’apprendre.

La confiance en soi vient donc de l’intérieur. Elle est aussi « sectorisée » : il y a des situations ou des contextes dans lesquelles vous avez acquis une grande confiance en vous. A l’inverse, il y a des situations où vous en manquez cruellement. C’est un point commun entre les individus : ils en ont et ils en manquent.

La confiance en soi est aussi une chose qui est constamment mise à l’épreuve. Elle est enracinée dans la volonté ; c’est un état d’esprit ; c’est une méthode rigoureuse aussi.

C’est aussi une dynamique qu’il s’agit d’amorcer puis d’entretenir et réguler. C’est votre passeport pour l’aventure au sens d’entreprendre et de réussir. C’est un processus volontaire qui s’apprend. Et non ! vous ne trouverez pas des comprimés de confiance en vous au rayon bien-être de votre magasin bio le plus proche. Pour acquérir de la confiance en vous, il ne faut compter que sur vous-même pour amorcer la pompe à confiance.

La confiance en soi est aussi très corrélée au degré d’affirmation de soi c’est-à-dire savoir reconnaître et poser ses propres limites, écouter ses besoins, les exprimer aussi, oser dire non, dire oui et s’engager.

Il n’y a pas de confiance en soi sans connaissance de soi au sens d’être conscient et complice de ses parties fortes et aussi de ses parties faibles et de ses fragilités.

N’oublions pas non plus la relation entre la confiance en soi et l’acceptation de soi et de son corps.

Avoir confiance en soi, c’est faire quoi ?

Quand vous avez confiance en vous, vous ne redoutez pas l’inconnu ou l’adversité. Vous agissez. Vous agissez avec assurance. Vous prenez des risques. Vous êtes autonome et responsable. Vous avez l’impression de vous réaliser personnellement. Vous savez prendre la critique.

Vous ne pensez pas en termes de protection ou de peurs mais bien en termes d’opportunités et d’apprentissage. Cela ne vous empêche nullement de ressentir de l’anxiété ou de la peur mais vous savez la traverser et la transformer.

Avez-vous plutôt « méfiance en vous » ?

Quand vous avez « méfiance en vous » par contre, vous pouvez vous dévaloriser ; vous vous protégez ; vous hésitez beaucoup et vous pouvez faire preuve d’indécision ou d’un grand manque de persévérance. Vous abandonnez plus facilement. Vous pouvez également douter beaucoup et ne jamais oser de nouveaux comportements ou situations.

Les ressentis sont souvent des ressentis de panique, de dégoût, d’apathie ou de peur.

Comment la confiance en soi se construit-elle ?

Un enfant se construit par rapport à sa réalité, par rapport aux autres et aux personnes qui l’entourent. Il est donc très perméable à la façon dont les personnes autour de lui ont géré leurs propres difficultés et ont fait face à l’adversité. Un enfant intériorise tout cela.

La confiance en soi est transmise par l’exemple et aussi par le discours notamment dans la gestion des échecs et le poids du jugement des autres. Elle démarre par le regard des autres puis le regard va s’intérioriser. Celle-ci s’installera d’autant plus facilement que, progressivement, le poids du jugement extérieur diminuera au profit de l’expérience interne et au profit de l’auto-évaluation bienveillante et objective.

Confiance en soi et estime de soi.

On confond souvent confiance en soi et estime de soi. La confiance nourrit l’estime.

Mais l’estime de soi est quant à elle liée à nos nourritures affectives et à l’amour.

Avoir de l’estime de soi c’est penser que nous avons de la valeur en tant qu’être humain et que nous n’avons nullement à le prouver. C’est s’accepter sans restriction, c’est s’apprécier sans conditions aucunes.

La confiance s’ancre dans le concret, l’action. Et en même temps, un manque d’estime de soi peut tout à fait inhiber la confiance en soi. Difficile donc de parler de confiance en soi sans parler d’estime de soi.

Cela vous touche ou vous parle ? N’hésitez pas à commenter.

https://coachbruxelles.com/services/developper-votre-confiance-en-vous/

 

Avis
Ce que Cold Play m'a appris.
Votre commentaire

Envoyer

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Des questions ?